une association alerte sur la publication de photos d’enfants sur les réseaux sociaux

0



L’association L’Enfant Bleu a publié un livre pour enfants offrant une double lecture aux parents. Elle souhaite ainsi les dissuader de partager des photos de leurs bambins en ligne.

“Juste les pieds ou juste les mains, mais jamais le visage ou le corps en entier.” Interrogée par BFMTV, cette maman d’un garçon semble bien consciente des risques qu’une photo d’enfant mise sur internet peut entraîner. Pourtant, un parent sur deux a déjà publié des clichés de son enfant sur les réseaux sociaux.

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, se méfie lui-même de ce danger. Il a récemment mis en ligne une photo où ses enfants ont le visage caché par un emoji. Mais beaucoup ne dissimulent pas leurs bambins.

C’est pourquoi l’association L’Enfant Bleu a lancé une campagne de prévention pour l’été. Elle prend la forme d’un livre pour enfants, accessible gratuitement sur le site de l’association. L’objectif est de faire prendre conscience aux parents qu’ils doivent contrôler les images qu’ils rendent accessibles à tous.

La moitié des photos issus des réseaux sociaux

“C’est dément. On s’aperçoit que beaucoup d’enfants, de petites filles, qui sont en tenue de gymnastique ou en maillot de bain, se retrouvent sur des sites pédocriminels”, constate Isabelle Debré, présidente de l’association L’Enfant Bleu, auprès de BFMTV.

Surtout, l’association alerte sur le fait que la moitié des photos publiées sur des forums pédopornographiques sont des images extraites des réseaux sociaux et prises par les parents eux-mêmes.

L’histoire proposée par L’Enfant Bleu évoque des photos de doudous au lieu de photos d’enfants, laissant aux parents la possibilité d’y voir une double lecture. Des conseils sont également dispensés à la fin de l’ouvrage.

Au mois de mars, une loi a été adoptée pour protéger le droit à l’image des enfants. En cas de dérive, le texte donne la possibilité à un juge de confier l’exercice du droit à l’image de l’enfant à une tierce personne.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *