Qumulo passe au cloud hybride first

0


Pour rpondre aux proccupations des entreprises misant sur le stockage hybride (local et cloud), Qumulo mise sa plateforme Scale Anywhere pour fourni un stockage en mode fichiers avec une passerelle maison vers S3.

FondĂ© en 2012 par des anciens d’Isilon, Qumulo s’est progressivement dĂ©lestĂ© de ses appliances pour dĂ©sormais exploiter des serveurs de type commoditĂ© (HPE Alletra 4110 par exemple) et s’est tournĂ© vers le cloud avec le support natif de plusieurs plateformes dont AWS, Azure et GCP (Cloud Q). RĂ©cemment arrivĂ© chez le spĂ©cialiste du stockage NAS scale-out, Ryan Farris, vice-prĂ©sident en charge du marketing chez Qumulo, nous a prĂ©sentĂ© la stratĂ©gie cloud hybride first du fournisseur (Scale Anywhere) lors d’un IT Press Tour dans la Silicon Valley. « Nous avons grandi en fournissant Ă  nos clients un stockage massif, mais ces derniers recherchent Ă©galement plus d’options et de flexibilitĂ© pour exĂ©cuter des charges de travail plus petites Ă  la pĂ©riphĂ©rie tout en s’assurant que ces derniĂšres soient intrinsĂšquement connectĂ©es aux centres de donnĂ©es principaux. Et, nous avons la mĂȘme demande vers le cloud ».

Pour accompagner les entreprises travaillant en mode cloud hybride, Qumulo a dĂ©veloppĂ© sa propre interprĂ©tation du protocole S3, en lieu et place de celui de Minio qu’il utilisait jusqu’à prĂ©sent. Le support de NFS v4.1 avec Kerberos est Ă©galement de la partie, ainsi que du SMB Multichannel qui permet aux serveurs de fichiers d’utiliser simultanĂ©ment plusieurs connexions rĂ©seau pour faciliter l’agrĂ©gation de la bande passante et renforcer la tolĂ©rance aux pannes lorsque plusieurs chemins sont disponibles entre le client et le serveur SMB 3.0. Le fournisseur de Seattle a Ă©galement nouĂ© un partenariat avec Varonis (Data Security Platform) pour se prĂ©munir contre les attaques de ransomwares grĂące au verrouillage des snapshots. Toujours du cĂŽtĂ© de la protection des donnĂ©es, Qumulo s’est associĂ© avec Atempo pour sa solution Miria afin de faciliter la migration et avec la sociĂ©tĂ© allemande Yuzuy pour piloter plus finement les sauvegardes rĂ©alisĂ©es avec la plateforme open source Bareos. Nous reviendrons plus longuement sur ces deux derniĂšres entreprises, que nous avons rencontrĂ©es fin juin Ă  Berlin lors d’un IT Press Tour europĂ©en.

Cash-flow positive 

Lors de sa prĂ©sentation, Ryan Farris nous a prĂ©cisĂ© que le fournisseur revendiquait 900 clients dans le monde (dans une vingtaine de pays en fait). En France, Cognaq-Jay Image a, par exemple, remplacĂ© sa plateforme de stockage objets (Scality) par la solution de Qumulo, nous a indiquĂ© le dirigeant. MalgrĂ© quelques difficultĂ©s l’an dernier avec des licenciements Ă  la clef, Qumulo aurait aujourd’hui un flux de trĂ©sorerie positif, sans ĂȘtre toutefois profitable. « Mais pas loin », assure Ryan Farris. Le chiffre d’affaires aurait toutefois progressĂ© de 60% depuis le dĂ©but de l’annĂ©e. InterrogĂ© sur rĂ©cent partenariat GreenLake entre HPE et Vast Data, qui vient donc empiĂ©ter sur les plates-bandes de Qumulo, le dirigeant nous a confiĂ© qu’il ne voyait aucun impact et qu’il n’en attendait pas car HPE est toujours un partenaire fort. Devant notre Ă©tonnement quant Ă  sa rĂ©ponse, il nous a simplement rĂ©pondu que les divisions ne se parlaient pas toujours chez HPE et que l’entitĂ© GreenLake (solutions et services IT en mode souscription chez HPE) avait conclu son partenariat sans en rĂ©fĂ©rer Ă  l’activitĂ© stockage
 Signalons pour conclure que Qumulo France affiche depuis peu un nouveau country manager : Pascal Mary, un ancien d’EMC, Nvidia et VMware.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *