Quentin Halys et sa découverte du Centre Court de Wimbledon : « J’ai profité du moment »

0

[ad_1]

« Vous deviez finir votre premier tour contre Dan Evans sur le court n°2, mais vous avez finalement atterri sur le mythique Centre Court. Que s’est-il passé ?
J’étais prêt à rentrer à l’hôtel parce que j’avais entendu qu’ils arrêtaient tous les matches, mais ils m’ont appelé pour me dire que je jouais sur le central. Franchement, j’étais très content, pas spécialement stressé. Quand tu mènes deux sets à zéro, ça aide aussi. C’était cool, je me suis tout de suite bien senti. Je pense qu’on a mieux joué aujourd’hui (mardi) qu’hier (lundi). Les conditions étaient plus faciles. J’ai vraiment profité du moment. C’était vraiment cool de jouer sur le central.

Qu’entendez-vous par « conditions plus faciles » ?
Hier, il faisait froid, il y avait du vent, on ne voyait pas bien. On ne pouvait pas faire pire qu’hier et on ne peut pas faire mieux qu’aujourd’hui. La différence était assez énorme. Hier, les conditions m’aidaient peut-être un peu plus. Là, il (Evans) a vraiment mieux joué. Ça s’est rééquilibré. C’est un bon joueur, c’est normal qu’il se soit ressaisi.

« Je m’étais mis dans l’état d’esprit de profiter. J’étais vraiment content d’entrer sur ce court »

Vous avez très bien servi (23 aces, aucun break cédé) et vous n’avez pas hésité à frapper très fort vos secondes balles, parfois à plus de 185 km/h. C’est une clé de votre jeu ?
Encore plus sur gazon. Mon jeu se porte vraiment à y aller. Même sur les secondes, ça ne me fait pas spécialement peur de servir fort. Je sers beaucoup le corps donc il y a quand même pas mal de marge par rapport aux lignes. Je ne pense pas avoir fait trop de doubles non plus (5 au total). Ça le met sous pression. Avec son revers à une main, il ne peut pas tellement m’agresser. Moi, ça me met en position de force donc, quitte à faire quelques doubles, je me sens plus en confiance pour gagner les points importants en frappant un peu plus fort mes secondes. Ça m’a bien réussi aujourd’hui.

Alors, il est comment ce Centre Court ?
C’est un court que je n’ai quasiment jamais vu, à part à la télé mais c’est différent. Plus jeune, j’étais allé voir jouer Adrian Mannarino, mais je n’avais pas été souvent en tribunes donc je le découvrais vraiment. Je m’étais mis dans l’état d’esprit de profiter. J’étais vraiment content d’entrer sur ce court. J’avais eu un peu (Julien) Benneteau, il m’avait dit de faire attention à deux, trois trucs. Je me suis arrêté, j’ai vu la coupe… C’était la première fois que j’étais là. Voir tout ça, voir cette allée qu’on a vue des millions de fois à la télé, c’est cool. Ça restera un très, très bon souvenir. »

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *