Pourquoi les projets d’Industrie 4.0 patinent

0


Levier de gains de productivit bien identifi par les industriels, l’Industrie 4.0 peine se dployer. Seuls 7% des entreprises franaises parviennent suivre la feuille de route qu’elles s’taient fix.

Toutes les entreprises industrielles – ou presque – ont aujourd’hui une feuille de route ou √† minima un ou plusieurs projets reli√©s √† l’Industrie 4.0. Mais, selon le dernier barom√®tre du cabinet Wavestone, seules 7% d’entre elles parviennent √† d√©ployer ces solutions au rythme planifi√©, en raison d’infrastructures industrielles obsol√®tes et d’un manque de comp√©tences sur le sujet. Vus avant tout comme un levier d’efficacit√© op√©rationnelle (27% des r√©pondants les associent √† l’am√©lioration de la productivit√© et 19% √† une agilit√© renforc√©e de la production), les projets d’Industrie 4.0 n√©cessitent, en effet, une infrastructure industrielle au niveau.

Selon Wavestone, seules 37% des r√©pondants estiment que leur entreprise poss√®de un socle technologique pr√™t √† accueillir ce type de d√©ploiement. Une proportion encore limit√©e, mais en nette croissance (+18 points) par rapport √† l’√©dition pr√©c√©dente de l’√©tude, il y a un an. ¬ę La transformation est plus co√Ľteuse pour les grands groupes, logiquement frein√©s par la complexit√© des infrastructures et la disponibilit√© des ressources en volume et en comp√©tences. Les PME sont plus agiles (chez ces derni√®res, 44% des r√©pondants estiment les infrastructures pr√™tes, NDLR), mais peuvent parfois sous-estimer la difficult√© de mise en place des projets ¬Ľ, commente Wavestone. Pour Vincent Champain, vice-pr√©sident en charge de la performance digitale et de la DSI de Framatome, ¬ę les projets digitaux ambitieux vont souvent d√©voiler des faiblesses sur les fondamentaux informatiques. Or s’il y a une dette technique non r√©solue, il sera impossible d’avancer sur sa transformation industrielle ¬Ľ.

L’analyse pr√©dictive ou prescriptive pour un industriel sur trois

Au sein des grands groupes industriels, la structuration de la strat√©gie Industrie 4.0 s’articule souvent autour de la mise en oeuvre de SI d’exploitation (comme les MES), un domaine o√Ļ Wavestone constate un grand nombre de projets de renouvellement ou de premier d√©ploiement.¬†L’√©tude¬†souligne √©galement une am√©lioration de la maturit√© des industriels fran√ßais sur la connectivit√© et l’exploitation de la donn√©e. Un tiers des r√©pondants consid√®rent que leur organisation est aujourd’hui pleinement op√©rationnelle sur ces sujets et 40% suppl√©mentaires les estiment partiellement ma√ģtris√©s. Soit des progressions de 15 et 7 points en un an, respectivement. Des bonds qui r√©sultent des investissements consentis par les entreprises industrielles : 88% des r√©pondants indiquent que leur entreprise a lanc√© des initiatives dans les domaines de la data et de l’IA. Sur la production et la maintenance, un industriel sur trois a ainsi d√©j√† d√©ploy√© de l’analyse pr√©dictive (anticipation des √©v√©nements futurs) ou prescriptive (recommandation des ajustements n√©cessaires), m√™me si elles sont plus nombreuses √† en rester aux stades de l’analyse descriptive ou diagnostique.

Pour pr√®s de 8 r√©pondants sur 10, approfondir les usages de la data et de l’IA se heurte au manque de comp√©tences et de culture des √©quipes sur ces sujets. La difficult√© √† d√©montrer un ROI, une mauvaise connaissance des donn√©es disponibles et la difficult√© √† y acc√©der apparaissent √©galement comme des freins significatifs. Notons que ces difficult√©s sont bien plus pr√©gnantes dans les grands groupes (plus de 5000 personnes) qu’en PME (moins de 250). Seuls 6% des r√©pondants en PME consid√®rent ainsi la difficult√© d’acc√®s aux donn√©es comme un frein √† leurs projets d’IA, contre 54% des d√©cideurs dans les grands groupes. ¬ę La diff√©rence peut s’expliquer par de plus fortes contraintes au sein des grands groupes : une architecture SI plus tentaculaire, des syst√®mes de gestion de donn√©es plus divers, une volum√©trie et une variabilit√© des donn√©es plus importante ¬Ľ, commente Wavestone.

Optimiser la consommation énergétique

L’enqu√™te du cabinet de conseil √©tablit √©galement un lien entre les plans de d√©carbonation de l’activit√© et les projets d’Industrie 4.0. Pour un industriel sur deux, il s’agit m√™me d’un enjeu principal des initiatives en la mati√®re. Le principal levier identifi√© par les industriels pour r√©duire l’impact de leurs activit√©s r√©side dans la r√©duction de la non-qualit√©. Suivent l’int√©gration de composants recycl√©s et le recours √† un nouvel outil de production. Notons que la capture et le stockage du carbone restent faiblement d√©ploy√©s √† ce jour (uniquement dans 7% des entreprises, m√™me si 27% suppl√©mentaires l’√©tudient). Enfin, dans le sillage de la crise √©nerg√©tique, une vague de projets d’am√©lioration de l’efficacit√© √©nerg√©tique (91% des industriels) et de sobri√©t√© en la mati√®re (85%) a vu le jour, port√©s tr√®s souvent par des m√©canismes de collecte et d’exploitation de la donn√©e.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *