Pourquoi le cours de la cryptomonnaie XRP explose

0

[ad_1]

AprĂšs trois ans de procĂšs entre Ripple et la SEC, le gendarme amĂ©ricain des marchĂ©s, la justice amĂ©ricaine vient de trancher: l’XRP n’est pas considĂ©rĂ© comme une “security” (titre financier). La communautĂ© crypto salue cette dĂ©cision.

La cryptomonnaie XRP n’est pas une “security”, a tranchĂ© la justice amĂ©ricaine, selon un document juridique publiĂ© ce jeudi. ConcrĂštement, cela signifie que la cryptomonnaie ne tombe pas sous le contrĂŽle du gendarme boursier amĂ©ricain, la SEC (Securities and Exchange Commission). C’est une victoire pour la sociĂ©tĂ© Ripple qui l’Ă©met et pour la communautĂ© crypto. Le cours de la cryptomonnaie a grimpĂ© de presque 30 % en l’espace de quelques minutes ce jeudi aprĂšs la publication du document juridique.

Pour rappel, une affaire judiciaire opposait depuis dĂ©cembre 2020 la sociĂ©tĂ© crypto Ripple et le gendarme boursier amĂ©ricain. La SEC avait assignĂ© en justice Ripple, lui reprochant d’avoir menĂ© une offre de titres non enregistrĂ©s de 1,3 milliard de dollars avec sa cryptomonnaie native, l’XRP. La SEC considĂšre que Ripple a vendu des XRP Ă  des investisseurs sans avoir enregistrĂ© cette cryptomonnaie en tant que valeur mobiliĂšre (“security”) ou titre financier, tombant sous son contrĂŽle.

Décision saluée par Ripple

Depuis cette assignation en justice, Ripple dĂ©fend que sa cryptomonnaie n’est pas une valeur mobiliĂšre, mais une monnaie numĂ©rique qui facilite les paiements transfrontaliers. FondĂ©e en 2012, le cours de cette cryptomonnais a tanguĂ© Ă  la hausse comme Ă  la baisse, en fonction des avancĂ©es de la procĂ©dure. Aujourd’hui, elle reste la cinquiĂšme cryptomonnaie avec la plus forte capitalisation de marchĂ©, soit 31 milliards de dollars au compteur. La dĂ©cision de la justice amĂ©ricaine vient d’ĂȘtre saluĂ©e sur Twitter par le patron de Ripple, Brad Garlinghouse. “Nous avons dit en dĂ©cembre 2020 que nous Ă©tions du bon cĂŽtĂ© de la loi et que nous serons du bon cĂŽtĂ© de l’histoire”, a dĂ©clarĂ© ce dernier.

Cette dĂ©cision devrait entĂ©riner le fait que la SEC n’a pas d’autoritĂ© sur le secteur des cryptomonnaies, malgrĂ© ces nombreuses attaques. Pour rappel, pour qualifier une cryptomonnaie de “security”, la SEC fait rĂ©fĂ©rence Ă  une dĂ©cision de la Cour suprĂȘme dans l’affaire SEC v. W.J. Howey Co de 1946, qui a abouti au “Howey Test”.

Selon ce test, un titre financier doit rĂ©pondre Ă  une dĂ©finition prĂ©cise, celle d’un “contrat, d’une transaction ou d’un systĂšme par lequel une personne investit sont argent dans une entreprise commune, et s’attend Ă  en retirer des bĂ©nĂ©fices uniquement grĂące aux efforts du promoteur ou d’un tiers”.

Jusqu’Ă  prĂ©sent, l’autoritĂ© a qualifiĂ© 61 cryptomonnaies de “securities”, sur les 20.000 en circulation, faisant varier leur cours Ă  la baisse.

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *