plus de 400 interpellations après une nouvelle nuit de violences

0


Affrontements dans le quartier du Mas-du-Taureau, à Vaulx-en-Velin, dans la nuit du 29 au 30 juin 2023.

Une troisième soirée consécutive de violences et de dégradations a secoué plusieurs villes de France, jeudi 29 juin, après la mort, mardi, à Nanterre de Nahel M., un mineur de 17 ans tué par un policier après un refus d’obtempérer lors d’un contrôle routier.

Pour endiguer une « généralisation » des violences urbaines, les autorités avaient mobilisé 40 000 policiers et gendarmes, ainsi que des unités d’intervention d’élite comme le RAID ou le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) dans plusieurs villes. Ce déploiement massif n’a pas empêché de nombreux débordements à travers le pays. Vers 3 heures, vendredi, au moins 421 personnes avaient été interpellées au niveau national, selon l’entourage du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, dont « l’essentiel » est âgé entre 14 et 18 ans.

« Les incidents ont lieu partout en France mais la situation en Ile-de-France et à Paris était extrêmement tendue, avec des forces de l’ordre ne pouvant pas tout maîtriser compte tenu de la multiplicité des incidents », a soufflé une source policière de haut rang.

Le centre de Paris touché

Dans le centre de Paris, le magasin Nike du Forum des Halles a été pillé, ainsi qu’une boutique Zara de la rue de Rivoli. En Seine-Saint-Denis, de nombreux supermarchés ont été volés notamment à Epinay-sur-Seine et à Montreuil où des émeutiers ont tenté d’atteindre le commissariat. Armés de barres et de bâtons, des centaines de jeunes ont détruit la pharmacie, le McDonald’s, un distributeur de billets et des commerces. A Drancy, un camion a été utilisé pour forcer l’entrée d’un centre commercial qui a été en partie pillé et incendié, rapporte une source policière. A Pantin, une vingtaine de jeunes habillés en noir, munis de mortiers d’artifice, ont tiré en l’air ou en direction de la police, a constaté un journaliste de l’Agence France-Presse (AFP). Un début d’incendie s’est déclaré à la mairie de Clichy-sous-Bois. Treize bus du dépôt de la RATP d’Aubervilliers ont été incendiés.

En Seine-et-Marne, peu après 2 heures, les forces de l’ordre étaient « très sollicitées » et ont pu « contenir les tentatives d’intrusion aux commissariats de Meaux, Villeparisis, grâce aux renforts », a assuré une source sur le terrain.

Dans la cité Pablo-Picasso à Nanterre, dont Nahel M. était originaire, des voitures ont été incendiées, des tirs de mortiers d’artifice et de grenades artisanales ont été entendus, selon une journaliste de l’AFP. Une agence bancaire a été incendiée.

Des couvre-feux nocturnes avaient été décrétés à Clamart et Meudon (Hauts-de-Seine), Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) et Compiègne (Oise).

Dans le 6e arrondissement de Lyon, dans la nuit du 29 au 30 juin 2023.

Des incendies à Lille et Lyon

La province n’a pas échappé aux tensions. Toute la nuit, les pompiers ont couru d’un incendie à l’autre dans la métropole lilloise, débordés par la rage de petits groupes mobiles et dispersés qui ont multiplié les dégradations. A Roubaix, l’hôtel B & B près de la gare, dans le quartier défavorisé de l’Alma, a pris feu après minuit, jetant dans la rue sa dizaine de résidents. Selon un riverain, les flammes sont parties d’un commerce incendié en bas. Un peu plus loin, un témoin raconte avoir vu un groupe d’une cinquantaine de personnes mettre le feu à une agence d’une société de courtage en produits financiers.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

A Lille, la mairie du quartier populaire de Wazemmes a également été la proie de flammes qui ont endommagé le rez-de-chaussée et noirci la façade. Une école élémentaire a été « très endommagée » par les flammes dans le quartier de Moulins, et deux autres établissements scolaires « visés par des tirs de mortiers d’artifice », déplore la mairie. Dans un autre quartier populaire, à Fives, la mairie a été caillassée, ses vitres brisées. Il y a eu « beaucoup de pillages » de boutiques et supermarchés, déplore-t-on encore à la Ville.

Dans la nuit lyonnaise, des voitures ont brûlé et des poubelles ont été incendiées, tout comme à Villeurbanne. A Vaulx-en-Velin, un imposant dispositif policier a protégé la récente médiathèque Léonard de Vinci, cible d’une pluie de mortiers d’artifice.

« Il n’a pas voulu tuer »

Depuis la mort de Nahel M. mardi, des écoles et des édifices publics ont été la cible de la colère de jeunes habitants des quartiers populaires et incendiés dans de multiples villes de France, rappelant les émeutes qui avaient embrasé la France en 2005 après la mort de deux jeunes poursuivis par la police. Des « scènes de violences » contre « les institutions et la République » qui sont « injustifiables », a fustigé Emmanuel Macron.

Le drame à l’origine de l’embrasement s’est produit à proximité de la station de RER Nanterre-Préfecture, lors d’un contrôle de police sur la voiture conduite par Nahel, un mineur connu pour des refus d’obtempérer. « Le parquet considère que les conditions légales d’usage de l’arme » par le policier auteur du tir « ne sont pas réunies », a déclaré, jeudi matin, le procureur de la République de Nanterre, Pascal Prache. Ce policier de 38 ans, mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire dans l’après-midi, a présenté ses excuses à la famille de l’adolescent tué, pendant sa garde à vue, a rapporté jeudi soir son avocat, Me Laurent-Franck Liénard, sur BFM-TV.

« Mon client a été extrêmement choqué par la violence de cette vidéo (…) qu’il a vue pour la première fois lors de sa garde à vue », a assuré Me Liénard, en référence aux images le montrant tirant le coup de feu mortel. « Il est dévasté, il ne se lève pas le matin pour tuer des gens. Il n’a pas voulu tuer », a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, une marche blanche à la mémoire de Nahel a rassemblé à Nanterre plus de 6 000 personnes, selon la préfecture de police. La mobilisation s’est terminée dans la confusion par des heurts, annonçant les premiers signes d’une soirée et d’une nuit agitées.

Le Monde avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *