onze morts dans le bombardement de Kramatorsk, Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de « paria »

0


Image de couverture : Le président des Etats-Unis, Joe Biden, s’exprime auprès des médias à la Maison Blanche à Washington. Le 28 juin 2023. JIM WATSON / AFP

  • Joe Biden a estimé mercredi que le président russe, Vladimir Poutine, était un « paria » qui « perd[ait] clairement » la guerre en Ukraine, même s’il est, selon le président des Etats-Unis, trop tôt pour dire si son homologue russe a été affaibli par la rébellion avortée de Wagner. « Il perd clairement la guerre », a déclaré M. Biden à la presse réunie à la Maison Blanche.
  • La Pologne va acquérir pour 15 milliards de dollars de systèmes américains Patriot de défense antiaérienne, selon un accord dévoilé mercredi par le Pentagone. Une agence du ministère américain de la Défense, la DSCA (pour Defense Security Cooperation Agency) a indiqué que la vente inclurait notamment jusqu’à 48 lanceurs Patriot PAC-3 et jusqu’à 644 missiles, ainsi que des radars.
  • La présence du groupe Wagner en Biélorussie, « une menace » pour la région, juge le président polonais. « Difficile pour nous d’exclure que la présence du Groupe Wagner en Biélorussie puisse constituer une menace potentielle pour la Pologne, qui partage une frontière avec la Biélorussie, une menace pour la Lituanie (…), ainsi que, potentiellement, pour la Lettonie », a déclaré Andrzej Duda lors d’une conférence de presse à Kiev..
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé une attaque « terroriste », et annoncé l’arrestation sur place d’un individu qui avait « coordonné » les tirs russes, dans son allocution quotidienne mercredi soir. Selon la police, la Russie a tiré deux missiles S-300 – des engins sol-air qu’elle utilise également pour des frappes terrestres – sur Kramatorsk, qui comptait 150 000 habitants avant la guerre, entrée dans son seizième mois.
  • L’attaque russe sur Kramatorsk est une « manifestation de terreur », selon le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. « Chaque manifestation de terreur prouve encore et encore, à nous et au monde entier, que la Russie ne mérite qu’une chose en conséquence de tout ce qu’elle a fait : la défaite et un tribunal, des procès équitables et légaux contre tous les meurtriers et terroristes russes », a-t-il déclaré dans son allocution.
  • Evgueni Prigojine est en Biélorussie, a confirmé le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, cité mardi par l’agence de presse officielle Belta. Le fondateur de la société paramilitaire privée Wagner, ancien proche de Vladimir Poutine, avait obtenu le droit de s’exiler dans le pays voisin de la Russie et de l’Ukraine, après sa mutinerie, samedi.
  • Vladimir Poutine a prononcé un discours devant les forces de sécurité, au Kremlin, à Moscou. Le président russe a rendu hommage à son armée, qui a selon lui empêché une « guerre civile » pendant la rébellion du Groupe Wagner, pour l’instant pardonné mais sommé de remettre ses armes lourdes. « Les personnes qui ont été entraînées dans la rébellion ont vu que l’armée et le peuple n’étaient pas de leur côté », a déclaré le président russe.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Factuel. Les Vingt-Sept s’inquiètent des conséquences d’un élargissement de l’UE à l’Ukraine

Chronique. « Le profil de Poutine en patron infaillible d’un Etat omnipuissant ressort fissuré de l’épisode Prigojine »

Analyse. Rébellion du Groupe Wagner : Vladimir Poutine évite le bain de sang au prix d’un affaiblissement de son autorité

Tribune. Cédric Mas : « La menace d’une guerre civile en Russie doit nous rappeler que l’on doit savoir parer aux menaces et exploiter les possibilités »

Analyse. A Rostov-sur-le-Don et à Voronej, la mutinerie du Groupe Wagner laisse derrière elle une traînée de frustrations et des morts

Vidéo. Les vingt-quatre heures du coup de force du Groupe Wagner en Russie

Analyse. L’Ukraine se réjouit de l’instabilité en Russie et mise sur un affaiblissement de Vladimir Poutine

Tribune. Anna Colin Lebedev : « Le contrôle aura beau être rétabli sur les mercenaires de Wagner, cette affaire ne restera pas sans suites »

Tribune. Julien Vercueil : « Cinq leçons des vingt-quatre heures de la rébellion Wagner »

Reportage. A Moscou, les rumeurs enflent, mais la vie continue

Portrait. Evgueni Prigojine, chef du Groupe Wagner et dynamiteur de l’Etat russe



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *