on a testé Midjourney sous toutes les coutures

0

[ad_1]

La rédaction de Tech&Co a testé les capacités et les limites de Midjourney, l’une des intelligences artificielles les plus populaires, pendant la “Nuit de l’IA” sur BFM Business et Tech&Co.

C’est l’une des IA génératives les plus connues, pour le meilleur comme pour le pire. Le pendant visuel de ChatGPT, capable de créer des images oniriques ou très réalistes à partir de quelques mots: Midjourney. La rédaction de Tech&Co a testé les capacités et les limites du logiciel pendant l’émission “IA: le grand test” sur BFM Business. Des tests qui ont réservé quelques surprises.

Disponible en beta ouverte depuis l’été 2022, la renommée de Midjourney a notamment été portée par des images virales, comme le faux pape François en doudoune, la fausse explosion au Pentagone relayée par plusieurs comptes Twitter très suivis. Ou encore cette réinterprétation du tableau La Jeune fille à la perle, exposée dans le musée du tableau original et critiquée par beaucoup comme une “insulte” à l’art humain.

Dans l'image du pape en doudoune créée par l'IA Midjourney, la main droite du pape a une forme étrange et mal définie.
Dans l’image du pape en doudoune créée par l’IA Midjourney, la main droite du pape a une forme étrange et mal définie. © Midjourney

Sa popularité tient aussi en grande partie à sa facilité d’utilisation: une fois un compte payant créé via la plateforme de messagerie Discord, il suffit de décrire en quelques mots l’image qu’on souhaite voir apparaître, et le programme génère un résultat en quelques secondes. Et même un “prompt” (une requête) simple peut donner un résultat impressionnant. Voici donc “le pape François à la plage en chemise hawaïenne”.

Des images générées par Midjourney représentant "le pape François à la plage en chemise hawaïenne"
Des images générées par Midjourney représentant “le pape François à la plage en chemise hawaïenne” © Midjourney

Il est ensuite possible de rajouter plus de détails: insister sur des styles (“32k udh”, “vector”, ‘watercolor”), ou des mots encore plus spécifiques comme un objectif photo particulier… Chaque IA vient avec tout un vocabulaire à connaître – mais qui peut être modifié de fond en comble à la moindre mise à jour, et qui est totalement différent en fonction de l’algorithme qu’on utilise: le même prompt ne donnera pas du tout le même résultat sur Midjourney ou une autre IA comme Adobe Firefly.

Des résultats parfois… effrayants

Évidemment, tous les résultats ne sont pas parfaits. Certains sont même parfois franchement effrayants… Mais ces abominations se font de moins en moins nombreuses avec chaque mise à jour, au point qu’il est parfois difficile de faire la différence d’un seul coup d’œil entre image fictive et réelle.

Une image générée par Midjourney à partir du prompt "Le pape François à la plage en chemise hawaïenne jaune avec son chien et une giraffe"
Une image générée par Midjourney à partir du prompt “Le pape François à la plage en chemise hawaïenne jaune avec son chien et une giraffe” © Midjourney

La difficulté se trouve parfois là où on ne l’attend pas forcément : nos tentatives de répliquer correctement un monument pourtant très photographié, comme la Statue de la Liberté, ont fait chou blanc – sans doute parce que sur un lieu aussi connu, la moindre imperfection est vite repérée.

Parmi ces images de la Statue de la Liberté, une seule a été générée par Midjourney
Parmi ces images de la Statue de la Liberté, une seule a été générée par Midjourney © Midjourney/Autres

En revanche, Midjourney est doué pour créer des images dans un style de publicité, où les mises en scène et les éclairages donnent déjà une apparence “trop belle pour être vraie” aux produits.

Parmi ces images de donuts, une seule a été générée par Midjourney
Parmi ces images de donuts, une seule a été générée par Midjourney © Midjourney/Autres

De quoi rendre ces IA génératives potentiellement utiles dans de nombreux contextes: pour faire naître l’inspiration, pour créer des images d’illustration, des logos… Certaines associations les utilisent déjà dans leurs campagnes de communication pour éviter de mettre en scène leurs bénéficiaires dans des situations humiliantes.

Mais ces capacités ne vont pas sans polémiques. De nombreux artistes dénoncent la méthode utilisée pour entraîner ces IA: leur faire analyser des milliards d’images récupérées sur Internet, sans aucune autorisation ou compensation des personnes qui en sont à l’origine – et qui se retrouvent ensuite concurrencées par ces systèmes.

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *