Le préfet du Val-d’Oise interdit la marche prévue samedi en mémoire d’Adama Traoré

0


Manifestation du collectif « Vérité pour Adama » à Beaumont-sur-Oise, le 18 juillet 2020.

La préfecture du Val-d’Oise a annoncé jeudi 6 juillet l’interdiction de la marche prévue samedi pour les sept ans de la mort d’Adama Traoré, décédé lors d’une interpellation en 2016 et érigé en emblème des violences policières, dans le contexte des émeutes consécutives à la mort de Nahel.

« A la suite de la procédure contradictoire engagée avec le comité Vérité pour Adama, #préfet95 interdit la manifestation et les rassemblements prévus le samedi 8 juillet 2023 à Persan et à Beaumont-sur-Oise », ont tweeté les services de l’Etat.

Le 19 juillet 2016, ce jeune homme noir de 24 ans décédait dans la cour de la caserne de Persan, à une trentaine de kilomètres au nord de Paris, peu après son arrestation par des gendarmes au terme d’une course-poursuite.

Emmené par sa sœur Assa Traoré, le collectif « Vérité pour Adama » rassemble chaque année des centaines de personnes à l’occasion d’une marche à Persan et Beaumont-sur-Oise pour réclamer la mise en examen des quatre gendarmes mis en cause, et dénoncer les violences policières.

« Troubles graves à l’ordre public »

A la mi-journée, la préfecture avait annoncé « envisager » l’interdiction de cette manifestation en arguant de possibles « troubles graves à l’ordre public » avec la venue d’« éléments perturbateurs ». Le préfet Philippe Court donnait jusqu’à vendredi midi aux organisateurs pour formuler leurs observations.

Chaque année, le cortège de la marche commémorative pour Adama Traoré déambule dans une atmosphère militante mais sans incident, pour finir par un concert de rap dans un parc. De nombreux syndicats, organisations et partis politiques y étaient attendus cette année, à la suite de l’émotion soulevée par la mort de Nahel à Nanterre.

Joint par l’Agence France-Presse, le comité « La Vérité pour Adama » n’a pas réagi dans l’immédiat à l’annonce de cette interdiction. « C’est une décision politique pour empêcher qu’il y ait une parole des quartiers populaires sur la mort de Nahel et d’Adama », avait déclaré dans l’après-midi à l’AFP Youcef Brakni, bras droit d’Assa Traoré, en fustigeant « une volonté de censurer la liberté d’expression pacifique ».

Le Monde avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *