Le Li-Fi pourrait arriver sur les smartphones d’ici deux à trois ans : à quoi ça va servir

0


Le Li-Fi, une technologie de communication sans fil basée sur la lumière, fait l’objet de recherches depuis plus de 20 ans. Alors qu’une nouvelle norme, la 802.11bb, est en préparation, les experts s’attendent à voir des applications grand public dans les prochaines années, et même d’ici 2 à 3 ans sur les smartphones.

En dépit de son existence depuis plus de deux décennies, le Li-Fi a vraiment émergé sous le feu des projecteurs en 2011, lorsque le terme fut officiellement introduit. Depuis, des recherches substantielles ont été menées pour améliorer et optimiser cette technologie prometteuse.

En 2019, la startup française Oledcomm, pionnière dans ce domaine, a commercialisé des produits Li-Fi pour le grand public, notamment des lampes de bureau et des plafonniers. Ces produits ont démontré des performances intéressantes, atteignant un débit descendant de 60 Mbps et un débit montant de 20 Mbps avec seulement 3 ms de latence. Mais, comme vous vous en doutez, pour le moment, le Li-Fi n’a pas encore trouvé son public.

Source : Frandroid

Mais qu’est-ce qui distingue le Li-Fi ?

La caractéristique principale du Li-Fi est d’être directionnel. Lorsqu’il est installé au plafond, seules les personnes situées directement en dessous peuvent recevoir le signal. Ainsi, les personnes dans un bureau adjacent, dans la rue ou même à l’étage inférieur ne peuvent pas l’intercepter. Cela renforce considérablement la sécurité, ce qui le rend attrayant pour certaines applications sensibles.

Cependant, comme le signal Li-Fi est limité à une zone d’illumination et ne peut pas traverser les murs, sa portée est plus courte que celle du Wi-Fi, habituellement de 10 mètres contre 30 à 46 mètres pour le Wi-Fi. Cette restriction peut à la fois être vue comme une limitation et une force en termes de sécurité.

L’informaticien allemand Harald Haas, largement considéré comme l’un des pionniers du Li-Fi, est optimiste quant à son avenir. Selon lui, nous pourrions voir les premiers smartphones compatibles Li-Fi d’ici deux à trois ans. Des négociations sont déjà en cours avec des fabricants de mobiles innovants pour intégrer cette technologie dans leurs appareils.

Harald Haas a déclaré : « Au lieu d’une troisième ou quatrième caméra, ce serait une véritable innovation ». Des rumeurs ont même évoqué que le constructeur chinois Oppo serait sur le point de lancer un smartphone capable de capter un signal Li-Fi allant jusqu’à 8 ou 10 Gb/s. En théorie, le Li-Fi peut être aussi rapide que le Wi-Fi, atteignant des vitesses de transmission allant jusqu’à 224 Gb/s, même si ces vitesses ne sont pour l’instant réalisables que dans des conditions de laboratoire pour le moment.

Cependant, le Li-Fi présente des défis techniques. Le capteur doit avoir un champ de vision de 24 degrés et une ligne de mire directe avec l’émetteur pour fonctionner correctement. Ceci nécessite une attention particulière pour l’alignement de l’appareil, ce qui peut être un inconvénient dans certaines situations.

Pour que le Li-Fi devienne une technologie de communication mainstream, l’établissement d’une nouvelle norme est nécessaire. Cette norme, appelée 802.11bb, est en cours de développement par un groupe de travail à l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE). L’adoption de cette norme est prévue pour cette année.

Un usage limité, mais un complément qui pourrait s’avérer efficace

Bien que les promesses du Li-Fi soient indéniables, il est crucial de comprendre que, de par ses caractéristiques, son application restera néanmoins limitée. La portée restreinte du Li-Fi, son incapacité à traverser les murs, et la nécessité d’une ligne de mire directe entre l’émetteur et le récepteur sont des facteurs qui freinent son déploiement à grande échelle.

Cependant, loin d’être un substitut total au Wi-Fi ou à la 4G/5G, le Li-Fi pourrait en fait s’avérer être un complément très efficace à ces technologies existantes. Sa capacité à offrir des vitesses de connexion plus élevées dans des zones confinées pourrait être très utile dans des environnements tels que les bureaux, les hôpitaux, ou les industries où la sécurité des données est une priorité.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *