le groupe a reçu deux offres d’apport de fonds propres

0


Le distributeur Casino, en difficulté financière, a annoncé mardi 4 juillet avoir reçu deux propositions distinctes pour renforcer ses fonds propres, l’une émanant de ses actionnaires les milliardaires Daniel Kretinsky (actionnaire indirect du Monde) et Marc Ladreit de Lacharrière, l’autre du trio d’hommes d’affaires Xavier Niel (également actionnaire à titre individuel du Monde), Matthieu Pigasse (gérant de la holding Le Nouveau Monde) et Moez-Alexandre Zouari.

MM. Kretinsky et Ladreit de Lacharrière prévoient dans leur offre une recapitalisation à hauteur de 1,8 milliard d’euros au total, dont 500 millions d’euros de conversion de dette en capital, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de sources au fait du dossier. Les deux hommes, déjà actionnaires du distributeur en difficulté, avaient précédemment annoncé apporter 900 millions d’euros eux-mêmes, 750 millions pour Daniel Kretinsky et 150 millions pour Marc Ladreit de Lacharrière. Une autre offre, émanant du trio Niel-Pigasse-Zouari, a été déposée lundi.

Les trois hommes d’affaires, qui ont créé un véhicule d’investissement commun nommé « 3F », ont annoncé prévoir d’investir 900 millions d’euros dans le groupe « avec [leurs] partenaires financiers ». Moez-Alexandre Zouari, important franchisé du groupe Casino en Ile-de-France et bon connaisseur du monde de la distribution, est appelé à prendre « la direction du groupe » si cette offre était avalisée. Avec un « projet industriel et social de long terme », elle « bénéficie du soutien d’un groupe important de créanciers du groupe Casino », assure le trio.

Casino espère un accord de principe d’ici au 27 juillet

Les deux propositions vont être étudiées par le conseil d’administration de Casino mardi, puis par les créanciers du groupe mercredi, précise Casino. « Aucune décision relative à ces propositions ne sera prise » avant ces échanges avec les créanciers. Les prétendants au sauvetage ou à la reprise de Casino avaient jusqu’à ce lundi pour soumettre leur offre, alors que le distributeur français a demandé des « délais de grâce » pour ne pas honorer certaines dettes le temps de renégocier sa dette.

Le groupe avait dit précédemment espérer « finaliser un accord de principe sur les termes de la restructuration financière d’ici au 27 juillet ». Il souhaite une conversion massive de sa dette en capital, portant sur plus de 3 milliards d’euros de dettes non sécurisées et entre 1 milliard et 1,5 milliard d’euros de dettes sécurisées.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Casino, la chute d’un empire

Les détenteurs de ces créances (grandes banques, fonds, institutionnels…) deviendraient ainsi des actionnaires de Casino, au lieu de récupérer leur argent. Le groupe veut aussi pouvoir au moins préserver l’activité en France. Il espère une augmentation de capital « d’au moins 900 millions d’euros », pour avoir les « liquidités adéquates » permettant de mener à bien son plan stratégique 2023-2025.

Le Monde avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *