l’attaque russe sur Kramatorsk est une « manifestation de terreur » selon Volodymyr Zelensky

0


Image de couverture : Le restaurant de Kramatorsk détruit par une roquette dans l’est de l’Ukraine. Le 27 juin 2023. GENYA SAVILOV / AFP

  • Kramatorsk : Au moins huit personnes ont été tuées et 56 blessées, dans une frappe russe dans l’est de l’Ukraine. Parmi les morts figurent trois enfants, a indiqué le Service d’urgence de l’Etat d’Ukraine sur Telegram. « Les sauveteurs fouillent les décombres du bâtiment détruit et recherchent des personnes qui se trouvent probablement sous les décombres », a-t-il ajouté.. La frappe a détruit le restaurant Ria Pizza, un établissement apprécié par les journalistes et les militaires.
  • Kramatorsk : l’écrivain Hector Abad et deux autres personnalités colombiennes légèrement blessées. Trois personnalités colombiennes, dont l’écrivain célèbre Hector Abad, ont été légèrement blessées dans le bombardement qui a visé mardi soir un restaurant bondé de Kramatorsk, dans l’est de l’Ukraine, ont annoncé les intéressés.
  • L’attaque russe sur Kramatorsk est une « manifestation de terreur » selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Chaque manifestation de terreur prouve encore et encore, à nous et au monde entier, que la Russie ne mérite qu’une chose en conséquence de tout ce qu’elle a fait : la défaite et un tribunal, des procès équitables et légaux contre tous les meurtriers et terroristes russes », a déclaré le président Zelensky dans son allocution.
  • Evgueni Prigojine est en Biélorussie, a confirmé le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, cité mardi par l’agence de presse officielle Belta. Le fondateur de la société paramilitaire privée Wagner, ancien proche de Vladimir Poutine, avait obtenu le droit de s’exiler dans le pays voisin de la Russie et de l’Ukraine, après sa mutinerie, samedi.
  • Vladimir Poutine a prononcé un discours devant les forces de sécurité, au Kremlin, à Moscou. Le président russe a rendu hommage à son armée qui a selon lui empêché une « guerre civile » pendant la rébellion du groupe Wagner, pour l’instant pardonné mais sommé de remettre ses armes lourdes. « Les personnes qui ont été entraînées dans la rébellion ont vu que l’armée et le peuple n’étaient pas de leur côté », a déclaré le président russe.
  • Le service de sécurité russe confirme l’abandon des poursuites contre le Groupe Wagner. « Il a été établi » que les participants à la mutinerie « ont mis fin à leurs actions visant directement à commettre un crime », a fait savoir le service de sécurité russe (FSB). Dans le même temps, le ministère de la défense a annoncé des « préparatifs » pour transférer les équipements militaires lourds du groupe paramilitaire vers l’armée. Pour le Kremlin, la mutinerie de Wagner a « démontré à quel point la société se consolide autour du président ».
  • Le président polonais, Andrzej Duda, a qualifié mardi le déplacement des troupes de Wagner vers la Biélorussie de « signal très négatif » pour son pays.
  • L’ONU a recensé 77 exécutions sommaires de civils ukrainiens détenus arbitrairement par la Russie dans les territoires qu’elle occupe, selon un rapport publié mardi. Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a aussi recensé 864 cas de détention arbitraire.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Analyse. Rébellion du Groupe Wagner : Vladimir Poutine évite le bain de sang au prix d’un affaiblissement de son autorité

Tribune. Cédric Mas : « La menace d’une guerre civile en Russie doit nous rappeler que l’on doit savoir parer aux menaces et exploiter les possibilités »

Analyse. A Rostov-sur-le-Don et à Voronej, la mutinerie du Groupe Wagner laisse derrière elle une traînée de frustrations et des morts

Vidéo. Les vingt-quatre heures du coup de force du Groupe Wagner en Russie

Analyse. L’Ukraine se réjouit de l’instabilité en Russie et mise sur un affaiblissement de Vladimir Poutine

Tribune. Anna Colin Lebedev : « Le contrôle aura beau être rétabli sur les mercenaires de Wagner, cette affaire ne restera pas sans suites »

Tribune. Julien Vercueil : « Cinq leçons des vingt-quatre heures de la rébellion Wagner »

Factuel. Guerre en Ukraine : Suédois et Norvégiens boycottent les confiseries du groupe Mondelez

Chronique. Le salon du livre en guerre à Kiev

Editorial. La mise à nu de la Russie de Poutine

Reportage. A Moscou, les rumeurs enflent, mais la vie continue

Entretien. Dimitri Minic, spécialiste de l’armée russe : « La crédibilité du Kremlin est ébranlée »

Portrait. Evgueni Prigojine, chef du Groupe Wagner et dynamiteur de l’Etat russe



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *