Kem One condamné à 50.000 euros d’amende pour une fuite chimique en Méditerranée

0



Dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020, une fuite avait été détectée au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique. Une partie s’était déversée dans les eaux pluviales et une autre dans un bac de rétention qui avait également fuit, déversant le produit hautement corrosif dans la mer.

Le groupe de chimie français Kem One, N.2 européen du PVC, a été condamné par le tribunal correctionnel de Marseille à 50.000 euros d’amende pour la fuite en 2020 d’environ 300 m3 de chlorure ferrique, un produit chimique, en Méditerranée.

Une amende de 200.000 euros avait été requise à l’audience le 5 juin contre le groupe, visé par des plaintes de plusieurs associations environnementales et de la ville de Martigues, où est installée cette entreprise classée Seveso “seuil haut”, au sein du complexe pétrochimique de Lavéra.

Des contrôles “insuffisants”

Dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020, une fuite avait été détectée au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique. Une partie s’était déversée dans les eaux pluviales et une autre dans un bac de rétention. Or, celui-ci, sous-dimensionné et seulement partiellement revêtu d’un produit anti-corrosif, avait provoqué une seconde fuite.

Dans sa décision rendue lundi, le tribunal reproche à Kem One “une insuffisance dans les modalités du contrôle annuel du bac de stockage et l’absence d’étanchéité d’une cuvette de rétention du produit”.

Le groupe, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros en 2021, devra par ailleurs publier un communiqué sur cette décision pendant deux mois sur son site internet et le faire paraître dans le mensuel L’Usine nouvelle et le quotidien Les Echos. Kem One devra également verser des sommes aux différentes associations et à la ville de Martigues, dont les constitutions de partie civile ont été jugées recevables.

Baignade interdite pendant deux jours à l’époque

Lors de l’incident, qui avait duré plus de 10 heures, jusqu’à 330 m3 de ce produit chimique hautement corrosif, utilisé notamment pour le traitement des eaux usées, s’était déversé en mer. Au contact de l’eau, une solution acide marron était apparue, formant une nappe toxique en Méditerranée.

Préventivement, les autorités locales avaient interdit la baignade durant deux jours sur les plages adjacentes, très fréquentées à cette période de l’année, et interdit tout mouillage et pêche autour de la zone. Outre la mort de plusieurs poissons, oursins ou encore d’un Fou de Bassan, espèce protégée, de nombreux herbiers de posidonies avaient pâti de cet incident.

“Ce jugement et sa publicité viennent rappeler à tous les industriels de Martigues/Lavera et de Fos-sur-Mer qu’ils doivent prendre toutes les dispositions techniques et opérationnelles nécessaires pour prévenir les pollutions et protéger les populations”, a réagi dans un communiqué l’association Robin des Bois. Contacté, Kem One n’a pas réagi dans l’immédiat.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *