Entre Threads et Twitter, des différences notables

0

[ad_1]

Le profil de Mark Zuckerberg sur Threads, le jeudi 6 juillet 2023, au lancement de la plate-forme.

Meta a lancé, dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 juillet, son nouveau réseau social, Threads, qui n’est pour l’instant pas disponible en Europe. Un service qui emprunte beaucoup d’éléments à Twitter – à commencer par son élément central, un fil de courts messages textuels – mais qui comporte aussi d’importantes différences avec son principal concurrent. Le service vient d’être lancé, et Meta n’a pour l’instant rien dit sur d’éventuelles nouvelles fonctionnalités qui pourraient y être intégrées à l’avenir.

  • Un fil entièrement algorithmique

Sur Twitter, il est possible de choisir entre deux fils d’actualité par défaut : un fil algorithmique, qui mélange les messages des personnes que vous suivez et des messages « populaires » choisis automatiquement, ou un fil plus classique ne contenant que les messages des comptes que vous suivez, proposés dans un ordre antéchronologique. Sur Threads, seule la première option est disponible, un peu à la manière du flux de TikTok.

  • Un service très lié à Instagram

Si Threads est une application indépendante d’Instagram, le service est intimement lié à son « grand frère ». Il faut impérativement disposer d’un compte Instragam pour s’y inscrire, et le nom ou le pseudonyme que l’on affiche est obligatoirement celui du compte Instragam. Le service propose aussi de suivre automatiquement sur Threads tous les comptes auquel on est abonné sur Instagram, et propose de conserver certains paramètres, comme le fait qu’un compte soit privé, d’un service à l’autre. Sur la page de profil de chaque utilisateur de Threads un bouton permet en outre de basculer sur son profil Instagram.

C’est l’une des fonctionnalités les plus populaires de Twitter : les hashtags, ou mots-clés précédés d’un symbole dièse, sur lesquels on peut cliquer pour voir tous les messages publiés évoquant un même sujet. Threads ne propose pas de fonction similaire, rendant le suivi d’une actualité ou d’un sujet plus difficile. Sur Twitter, les hashtags sont aussi souvent utilisés de manière malhonnête pour faire « monter » un sujet dans les « tendances » du moment, lesquelles n’existent pas non plus sur Threads.

  • Pas de moteur de recherche

Threads, dans sa première version, semble se concentrer davantage sur les personnes que sur les messages : s’il est possible d’y rechercher un nom ou pseudonyme, l’application ne comporte pas de moteur de recherche pour les messages. Impossible, donc, de rechercher tous les messages évoquant un sujet ou un événement, comme sur Twitter. En cela, il se rapproche du fonctionnement d’un autre réseau social comparable, Mastodon.

La possibilité d’envoyer un message privé est une fonctionnalité basique présente sur l’immense majorité des réseaux sociaux, y compris Instagram, mais n’existe pas (encore ?) sur Threads. Il est possible d’y avoir un compte privé, dont les messages ne peuvent être lus que par vos abonnés, mais pas d’envoyer un message à une seule personne.

Attention, comme sur Twitter, il existe cependant bien une fonctionnalité qui limite la possibilité de répondre à un message (au choix : tout le monde, juste les gens que l’on suit, ou juste les gens qui sont mentionnés dans le message en question), mais pas qui peut les voir.

Pour l’heure, Threads est disponible uniquement sur les appareils iOS ou Android, c’est-à-dire, typiquement, sur smartphone. En revanche, pour l’heure, rien n’indique que Meta souhaite offrir la possibilité de poster sur Threads depuis un ordinateur, ni même de s’y identifier. Le site threads.net permet simplement de consulter les profils des utilisateurs.

  • Beaucoup de questions sur l’interopérabilité

Meta a annoncé que Threads serait à terme compatible avec l’ensemble du fédivers, cet ensemble décentralisé de réseaux sociaux alternatifs, dont le plus connu est Mastodon. Il sera possible de se suivre et de communiquer entre comptes du fédivers et comptes Threads, assure Meta, ce qui ferait de Threads le premier « grand » réseau social commercial à proposer cette option. Mais beaucoup de questions restent encore sans réponse sur la manière dont cette interopérabilité sera mise en place, à commencer par la modération – dans le fédivers, chaque service fixe ses propres règles, mais il est possible de bloquer entièrement l’accès aux communautés de son choix.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Avec Threads, Meta entend concurrencer Twitter

Le Monde

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *