En Israël, nouvelle manifestation contre la réforme judiciaire malgré les concessions du gouvernement

0


Manifestation contre la réforme judiciaire à Tel-Aviv, le 1er juillet 2023.

Les Israéliens sont à nouveau descendus samedi 1er juillet dans la rue pour protester contre la réforme judiciaire voulue par le gouvernement, bien que le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, ait renoncé quelques jours plus tôt avoir renoncé à une disposition clé du projet.

A Tel-Aviv, les manifestants, qui brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Sauvons la démocratie », se sont rassemblés comme chaque semaine depuis plusieurs mois.

Bien qu’aucun chiffre sur la participation n’ait été communiqué dans l’immédiat, les manifestations rassemblent régulièrement des dizaines de milliers de personnes.

Formé fin décembre avec le soutien de partis d’extrême droite et de formations ultraorthodoxes juives, le gouvernement de M. Nétanyahou tente de faire passer sa réforme qui propose d’accroître le pouvoir des élus sur celui des magistrats. L’annonce du projet, en janvier, a donné lieu à l’un des plus grands mouvements de contestation de l’histoire d’Israël.

Négociations suspendues

Le gouvernement estime que la réforme est nécessaire pour assurer un meilleur équilibre des pouvoirs, mais ses détracteurs y voient une menace pour la démocratie et ses garde-fous institutionnels.

Dans un entretien accordé au Wall Street Journal diffusé jeudi, M. Netanyahou a dit avoir abandonné la clause dite « dérogatoire », qui devait permettre au Parlement d’annuler à la majorité simple une décision de la Cour suprême. Cette clause, hautement décriée, avait été adoptée en première lecture par le Parlement en mars. Une autre disposition également adoptée en première lecture et qui modifie le processus de nomination des juges, fait l’objet de vives contestations.

Benyamin Nétanyahou, qui avait annoncé fin mars une pause dans le projet pour permettre des discussions avec l’opposition, a promis le 18 juin de le relancer. Quelques jours plus tôt, les deux principaux chefs de file de l’opposition, Yaïr Lapid et Benny Gantz, avaient suspendu leur participation aux négociations sur la réforme.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Israël, la droite mobilisée pour la réforme de la Cour suprême

Le Monde avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *