En Israël, la mobilisation contre le projet de réforme judiciaire ne faiblit pas

0


Vue aérienne de la manifestation contre la réforme judiciaire en Israël, à Tel Aviv, le 8 juillet 2023.

Pour la 27e semaine consécutive, plusieurs dizaines de milliers d’Israéliens se sont rassemblés, samedi 8 juillet soir, dans le centre de Tel-Aviv et dans d’autres villes israéliennes pour manifester contre une réforme judiciaire controversée défendue par le gouvernement.

Les manifestants étaient plus nombreux que ces dernières semaines, selon les organisateurs qui ont avancé le chiffre de 180 000 manifestants à Tel-Aviv. Les médias israéliens ont donné aussi des chiffres en hausse, (autour de 150 000 manifestants), à l’avant-veille de l’introduction, lundi, à la Knesset d’une importante disposition de la réforme.

La police ne fournit pas d’estimations du nombre de manifestants dont une centaine ont été dispersés samedi soir à coups de canons à eau après avoir bloqué l’autoroute urbaine de Tel-Aviv, selon un journaliste de l’Agence France-Presse.

Une nouvelle journée de mobilisation annoncée mardi

Après des tentatives de négociations infructueuses avec l’opposition après l’annonce fin mars d’une « pause » dans les tentatives de légiférer sur la réforme, le gouvernement relance l’offensive au Parlement lundi, avec l’examen en première lecture d’un projet de loi visant à annuler la possibilité pour le pouvoir judiciaire de se prononcer sur « le caractère raisonnable » des décisions du gouvernement.

Cette disposition touche notamment la nomination des ministres. Elle avait contraint en janvier le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, de démettre de ses fonctions le numéro deux du gouvernement, Arié Dery, condamné pour fraude fiscale, suite à l’intervention de la Cour suprême.

« Il faut agir face à ce que le gouvernement de Nétanyahou fait à notre pays et au rêve israélien. Si le gouvernement Nétanyahou ne s’arrête pas, il apprendra dans les jours qui viennent ce qui se passera quand nous nous mettons en colère », a lancé l’historien et essayiste, Yuval Noah Harari, à l’ouverture du rassemblement de Tel-Aviv. Une journée de mobilisation nationale a été annoncée pour mardi par les organisateurs.

« Nous ne pourrons pas vivre comme nous le souhaitons »

Pour Amit Lev, 40, un cadre du secteur de la high-tech, « si nous n’arrêtons pas maintenant ce qui se passe, il ne sera plus possible de revenir en arrière ». Le projet de loi qui va être introduit lundi « vise à empêcher le pouvoir judiciaire de critiquer des décisions du gouvernement qui ne tombent sous le coup d’aucune autre loi », s’inquiète-t-il. « Si cette loi passe nous ne pourrons pas vivre comme nous le souhaitons », estime quant à elle Nira, une kinésithérapeute de 59 ans, disant s’inquiéter pour l’avenir.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Israël, la droite mobilisée pour la réforme de la Cour suprême

Formé fin décembre avec le soutien de partis d’extrême droite et de formations ultraorthodoxes juives, le gouvernement de Benyamin Nétanyahou tente de faire passer une réforme de la justice visant à accroître le pouvoir des élus sur celui des magistrats. L’exécutif estime que la réforme est nécessaire pour assurer un meilleur équilibre des pouvoirs, mais ses détracteurs y voient une menace pour la démocratie israélienne et ses garde-fous institutionnels.

Les manifestations contre le projet de réforme judiciaire se succèdent sans interruption tous les samedis soir depuis janvier dans ce qui est considéré comme un des plus grands mouvements de contestation de l’histoire d’Israël.

Nos tribunes sur la mobilisation en Israël contre la réforme de la justice et le gouvernement Nétanyahou

Le Monde avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *