En Allemagne, l’extrême droite poursuit sa progression électorale en décrochant une mairie

0


Des membres du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), (de gauche à droite Bjorn Hocke, Robert Sesselmann, Stephan Brandner et Tino Chrupalla), lors de la fête électorale de l’AfD, à Sonneberg, en Allemagne, le 25 juin 2023.

Période vaste pour l’extrême droite allemande. Hannes Loth, 42 ans, a été élu sous les couleurs du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) à la tête de Raguhn-Jessnitz, une localité de quelque 9 000 habitants de la région de Saxe-Anhalt, dans l’est du pays, selon les chiffres publiés, dimanche 2 juillet, sur la page Facebook de la municipalité. Avec 51,13 %, cet élu du parlement régional de Saxe-Anhalt a devancé un candidat sans étiquette.

Il y a tout juste une semaine, le parti d’extrême droite avait décroché la présidence d’une collectivité territoriale en Allemagne regroupant plusieurs communes, l’équivalent d’un canton français : celui de Sonneberg, dans la région de Thuringe, également dans l’est du pays.

« Après le premier canton, nous avons à présent le premier maire à plein temps de l’AfD », s’est réjoui sur les réseaux sociaux un responsable du parti, Christian Blex.

Forte implantation dans l’est du pays

Un petit nombre de villages allemands ont déjà dans le passé eu des maires AfD, mais il s’agissait d’un rôle bénévole, ces élus ayant en parallèle un autre emploi. Cette fois-ci le maire sera en fonction à plein temps et, selon tous les grands médias allemands, il s’agit bien de ce point de vue d’une élection inédite.

Elle intervient dans un contexte de forte poussée dans les sondages de ce mouvement anti-migrants, eurosceptique et défendant des positions pro-russes, qui fut créé il y a dix ans. Selon une enquête d’opinion de l’institut Insa publiée dimanche par l’édition dominicale du quotidien Bild, l’AfD devance, avec 20 % des intentions de vote, le parti social-démocrate du chancelier Olaf Scholz (19 %).

Lors des dernières élections législatives de 2021, le parti d’extrême droite avait enregistré un score inférieur de moitié, avec 10,3 % des suffrages. L’AfD est particulièrement implantée dans l’est du pays, qui se sent laissé pour compte. Le parti surfe depuis plusieurs mois sur les mécontentements d’une partie de l’opinion, nourris par l’inflation ou encore la transition écologique que tente de mettre en place le gouvernement, sous l’impulsion des écologistes, membre de la coalition au pouvoir.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les conservateurs européens sous l’influence de l’extrême droite

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *