duo pop mythique, clan rock écossais, voiture verte…

0

[ad_1]

LA LISTE DE LA MATINALE

Cette semaine, pop n’rock avec Wham ! et AC/DC ; voyage au bout de la nuit du « mitard », la prison dans la prison ; l’Inde aux confins du réchauffement climatique ; le Congo et sa richesse maudite, le cobalt, la part d’ombre de la voiture « verte ».

« Wham ! » : itinéraire d’un groupe des années 1980

George Michael et Andrew Ridgeley, du groupe Wham !

Le documentariste « maison » de Netflix, Chris Smith (Tiger King), s’appuie sur des archives rarement montrées pour retracer l’ascension fulgurante de deux amis d’enfance, George Michael et Andrew Ridgeley, au sein de Wham ! Originaires du nord de Londres, les deux gamins font de la musique avec leurs copains au sein d’un groupe baptisé « The Executive ». Quand, à la fin du lycée, il ne reste plus qu’eux, George et Andrew se rebaptisent Wham ! et c’est avec un rap mêlé de disco (« Wham Rap ! ») que le duo, accompagné de ses deux choristes, casse la baraque en 1983, année de leur passage dans la très populaire émission « Top of the Pops », sur la BBC. Au-delà de l’allure Club Med et des coiffures bouffantes, le film a l’intérêt de ne jamais perdre de vue les ambitions artistiques nourries par les deux amis, qui écrivent, composent voire produisent leurs titres.

Ces ambitions conduiront George Michael, plus doué, à prendre le pas sur l’écriture et la composition, et Andrew Ridgeley à s’effacer avec une certaine élégance. La réussite du film tient sans doute à sa façon de saisir, pudiquement, comment l’homosexualité que George Michael a très longtemps tenue secrète a cimenté l’amitié entre les deux hommes pendant les quelques années qu’a duré leur collaboration. En 1986, le groupe se dissout et George Michael entame une fulgurante carrière solo. C’est avec beaucoup de délicatesse que le film laisse entendre que le chanteur, disparu en 2016, ne s’est jamais tout à fait remis de cette séparation. Au. F.

Documentaire de Chris Smith (2023, 90 min). A la demande sur Netflix.

« Mitard, l’angle mort » : la prison dans la prison

Image extraite du documentaire « Mitard, l’angle mort », réalisé par Vincent Marcel et Laurence Delleur.

« La Vie en face » éclaire les zones d’ombre de cet outil de répression, d’humiliation et de violences qu’est le quartier disciplinaire – le « mitard ». Un lieu redouté : c’est là que sont placés les détenus à problème, considérés comme agressifs ou violents, enfermés seuls, sans presque aucun contact avec le monde extérieur. Une « prison dans la prison ». Le parti pris des réalisateurs, Vincent Marcel et Laurence Delleur, est de faire parler d’anciens condamnés au mitard, mais aussi d’anciens surveillants pénitentiaires et même un directeur de prison (sous le couvert de l’anonymat). Tous décrivent une réalité sombre, les coups reçus et donnés (quand ce sont les surveillants qui s’expriment), les fouilles au corps, le sentiment d’isolement extrême.

Il vous reste 68.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *