Djokovic bat Sinner et se qualifie pour sa 9e finale à Wimbledon

0



Il y a un an, en quarts de finale de Wimbledon, Jannik Sinner avait mené deux manches à rien contre Novak Djokovic avant que le Serbe ne déroule (5-7, 2-6, 6-3, 6-2, 6-2). Vendredi, en demi-finales sur le même Centre Court, le n°2 mondial a donné l’impression de simplement reprendre le match là où il l’avait laissé en 2022, s’imposant en contrôlant son adversaire sur l’ensemble d’une partie où il ne se fit (un peu) peur que lorsqu’il fallut sauver deux balles de troisième set (6-3, 6-4, 7-6(4) en 2h46).

C’est sous le toit fermé du centre Court et sur un gazon humide et instable que le Serbe (n°2 mondial) et l’Italien (n°8) lancèrent leur troisième duel (2-0 pour le premier, jusque-là). D’entrée, Djokovic montra la voie qu’il avait choisie pour mener à bien cette demi-finale : insister sur le coup droit de Sinner, qui ne goûte que peu, ou pas longtemps, d’être agressé de ce côté. C’est avec deux coups droits croisés volumineux que Djokovic écarta deux balles de break d’entrée. Après trois jeux et quelques glissades inopinées, Sinner comptait déjà neuf fautes en coup droit. Et il était mené 3-0…

Un pourcentage de premières balles médiocre

Après quarante minutes de jeu, les deux hommes s’étaient parfaitement partagé les points (25 chacun) mais pas du tout les jeux, puisqu’il y avait 6-3 pour Djokovic. Ce qui s’appelle le réalisme, probablement. Et qui se confirma sur les deux manches suivantes.

A 6-3, 2-1, 15A, pénalisé à cause d’un cri poussé tardivement et jugé comme une gêne pour l’Italien, Djokovic rangea vite sa frustration dans l’arrière-boutique pour sauver une balle de débreak et se remettre en mode machine. Il ne s’énerva pas davantage en écopant d’un avertissement pour avoir mis trop de temps à servir, dans le même jeu. Deux autres balles de débreak furent écartées à 4-3. Pas question de dérailler, ni de trop s’agacer à cause du seul secteur de son jeu qui laissait à désirer, à savoir son pourcentage de premiers services (seulement 46% au 2e set !).

Deux balles de set sauvées dans la troisième manche

Au moins Djokovic arrivait-il à retrouver toute son efficacité à l’engagement au moment de conclure le set (6-3, 6-4 après 1h40). Sinner retarda un peu l’heure de son élimination en écartant trois balles de break de suite à 1-1 au troisième set puis son coach, Darren Cahill, changea de place comme pour convoquer la chance. Suite à une rare absence de Djokovic, qui fauta sur un coup droit facile, Sinner obtint deux balles de set, à 5-4, 15/40, mais il commit deux fautes dans le couloir, une en revers et une en coup droit. Bien qu’il mena encore 3-1 au tie-break qui suivit, sa chance était passée, dans un match qu’il termina par trois autres fautes directes dans le filet. En mission, guidé par la quête qui l’habite depuis toujours, réaliste au possible, Djokovic valida en moins de trois heures une 34e victoire d’affilée à Wimbledon, où il est invaincu depuis 2017.

C’est ainsi qu’une 35e finale de Grand Chelem l’attend dimanche, ce qui n’est arrivé à personne d’autre dans toute l’histoire du tennis, puisqu’il dépose, grâce à sa victoire du jour, Chris Evert et ses 34 finales du Grand Chelem. Ne lui reste plus qu’à surveiller du coin de l’oeil la seconde demi-finale du jour pour savoir qui de Carlos Alcaraz ou de Daniil Medvedev se dressera dimanche entre lui et une 24e couronne en Majeur.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *