ces pays qui ont déjà coupé l’accès aux réseaux sociaux

0



Plusieurs dizaines de pays ont restreint l’accès à certains réseaux sociaux dans le monde. Il s’agit majoritairement de gouvernements non-démocratiques.

Au regard du rôle des réseaux sociaux dans les récentes émeutes, le président de la République Emmanuel Macron a laissé entendre que ceux-ci pourraient être coupés dans le cas où la situation se reproduirait à l’avenir.

Plusieurs pays du monde ont déjà coupé l’accès aux réseaux sociaux pour leurs citoyens. Selon le site de statistique Statista, au moins 72 pays sont concernés. Les statistiques montrent que ces restrictions interviennent majoritairement dans des gouvernements non-démocratiques. On y trouve par exemple la Chine, la Corée du Nord ou encore la Turquie.

Coupures radicales

Certains pays ont fait le choix radical de bannir définitivement les réseaux sociaux, principalement ceux issus de grandes entreprises de tech américaines, comme Facebook, Twitter ou TikTok. C’est le cas de la Chine, qui a banni Facebook et Twitter, entre autres, depuis 2009. Le pays dispose de ses propres réseaux sociaux, dont sa propre version du réseau social – pourtant chinois – TikTok.

En effet, bien qu’issu d’une entreprise chinoise, la version occidentale du réseau social TikTok n’est pas disponible sur le territoire. C’est Douyin, son application soeur reservée à la Chine qui y est utilisée, qui propose les mêmes fonctions mais avec une censure renforcée.

Fin 2016, la Turquie a quant à elle renforcé sa “censure d’internet” en coupant définitivement l’accès à certains réseaux sociaux. Il arrive aussi parfois que certaines plateformes se plient aux demandes de censure. En mai dernier, Twitter avait ainsi accédé aux demandes du gouvernement turc de censurer temporairement certains tweets critiques sur sa gestion du séisme qui avait fait plus de 50.000 morts dans le pays.

La Russie a de son côté interdit Facebook et Instagram pour “extrémisme” début 2022, mais aussi restreint certaines applications de messagerie comme Snapchat, Telegram ou WhatsApp en mars 2023.

Dans certains cas de figure, les pays coupent seulement de façon ponctuelle l’accès aux réseaux sociaux: c’est le cas récent du Sénégal, début juin, qui “a décidé de suspendre temporairement l’usage de certaines applications digitales”, avait alors indiqué le ministre de l’intérieur Antoine Diome, alors que des manifestations violentes se multipliaient dans le pays. C’était également le cas lors des manifestations en Iran, en septembre 2022.

Certains types de réseaux

D’autres pays ont choisi de limiter l’accès à certains types de réseaux sociaux: c’est le cas du Qatar et des Emirats Arabes Unis, qui restreignent les applications d’appel via internet telles que WhatsApp ou Skype.

De manière générale, ces décisions gouvernementales sont prises pour “limiter l’influence étrangère” – souvent américaine, mais aussi à isoler la population, limiter l’accès à certaines informations, ou encore freiner l’organisation d’événements ou de rassemblements.

Pour lutter contre ces décisions gouvernementales, les citoyens ont régulièrement recours à des contournements, tels que l’usage d’un VPN ou l’utilisation de plateformes alternatives.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *