Carlos Alcaraz écarte Matteo Berrettini en huitièmes de finale de Wimbledon

0



Après un an de galères en tout genre, allant de la blessure au harcèlement des paparazzi à la suite de sa relation avec l’animatrice télé Melissa Satta, Matteo Berrettini est redevenu un joueur de tennis à la faveur de ce tournoi de Wimbledon qu’il aime tant. Un Grand Chelem dont il était finaliste, face à Novak Djokovic, en 2021. Libéré de tous les soucis qui l’avaient tant empoisonné, le Romain s’est enfin rapproché du niveau qui avait fait de lui un sixième mondial qu’on voyait monter encore plus haut.

L’histoire aurait pu être encore plus belle avec un retour en quarts de finale, mais c’était sans compter sur Carlos Alcaraz. Même s’il fait encore partie des novices sur gazon, le n°1 mondial est un surdoué qui apprend vite. Face à lui, la moindre baisse de régime est interdite, sous peine de se faire punir.

Berrettini a été averti dès le premier jeu du match où il a dû sauver deux balles de break. Dans cette première manche, l’Italien a eu le mérite de parfaitement réagir chaque fois qu’il était dos au mur, en prenant le jeu à son compte. Et c’était lui qui faisait le break pour se détacher 5-3 et boucler le set dans la foulée. Le colosse était-il de retour ? Oui, mais il était encore convalescent.

Alcaraz-Rune, un quart de novices

Si Alcaraz était en difficulté dès son premier jeu de service dans le deuxième set et devait écarter une balle de break, il en voulait plus et mettait bien plus de pression sur son adversaire. Berrettini, lui, se rendait coupable de déplacements pas assez vifs.

Un mauvais jeu lui coûtait un break blanc (3-1). Alcaraz n’allait plus rien lâcher sur le set et égaliser à une manche partout. La troisième allait être le remake du deuxième. Conscient qu’un coup moyen lui serait fatal, Berrettini forçait parfois trop. Alcaraz s’engouffrait dans la brèche. Une volée hyperprofonde suivie d’un smash lui permettait de convertir sa sixième balle de break du jeu pour 2-1. Berrettini n’allait pas revenir.

Le quatrième set était marqué par une pause à 2-2 pour fermer le toit à cause de la luminosité déclinante. Au retour, Alcaraz augmentait encore son niveau de jeu. Berrettini n’avait pas l’énergie pour tenir la distance. Un dernier break offrait à Alcaraz la possibilité de servir pour le match. Le Romain allait bien sauver trois balles de match mais la quatrième était de trop.

Si Berrettini peut être satisfait de son tournoi, considérant ses déboires passés, Alcaraz a de quoi être satisfait également. Il atteint pour la première fois les quarts de finale à Wimbledon. Mais il a prévenu après le match : « J’en veux plus ». Ce sera face à Holger Rune, tombeur de Grigor Dimitrov. Ce sera à l’occasion du premier quart de finale à Wimbledon opposant deux joueurs de moins de 21 ans depuis le début de l’ère Open. On en salive d’avance.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *