Ben O’Connor, troisième à Issoire, ne vise plus le général mais une victoire d’étape sur le Tour de France

0

[ad_1]

En pleine récupération sur home-trainer devant le car de son équipe, mardi, Ben O’Connor a vu son directeur sportif Julien Jurdie débouler pour lui étreindre affectueusement la joue avec des félicitations en français. En seulement vingt-quatre heures, l’Australien de 27 ans a réussi à redonner un sourire qu’il avait fait perdre au Stéphanois en une semaine. Car lundi, lors de la première journée de repos, Jurdie semblait plutôt soucieux. « On attendait beaucoup mieux de sa part, disait-il de son leader déjà hors jeu pour la sixième place du général, l’objectif initial. On a été surpris. Lui aussi se pose des questions, on n’a pas les réponses pour l’instant… »

Ils n’en ont pas trouvé sur les montagnes russes verdoyantes entre Vulcania et Issoire. En revanche, O’Connor y a bien appliqué la nouvelle consigne : objectif victoire à tout prix. « On a ciblé cinq étapes sur le reste de ce Tour », expliquait Jurdie, lundi. Celle de mardi en faisait partie.

« Je me moque complètement du classement général. Je n’ai pas montré le genre de performance qu’il faut pour ça »

Dans l’entame complètement folle, l’Australien était pourtant absent du groupe de tête. « On était un peu inquiet, raconte Jurdie. On avait dit que s’il y avait le feu, ce serait à Felix (Gall) et à Ben de prendre la responsabilité puis de se projeter à l’avant. » Le grimpeur de Perth a fini par s’y résoudre. « Il m’a fallu au moins 20 kilomètres pour me remettre de ce départ brutal. Si nous avions eu quelqu’un dans l’échappée, je n’aurais pas attaqué, expliquait-il. Aujourd’hui (mardi), je ne me sentais pas incroyable, j’ai même été lâché plusieurs fois. Je souffre, on souffre tous. »

Animé par on ne sait quoi – « je ne dirais pas que j’avais vraiment un esprit de revanche, c’était juste une journée tellement spéciale » – , le quatrième du Tour 2021 s’est donc accroché pour revenir plusieurs fois sur la tête de la course. Il a même tenté de se faire la malle à 1,4 kilomètre de la ligne, conscient de la vitesse de Pello Bilbao au sprint. Sa tentative a échoué, mais il est parvenu à arracher la troisième place. « Une belle satisfaction », soulignait Jurdie. Avec cette manoeuvre, l’Australien a regagné presque trois minutes sur les prétendants au top 10. De quoi retomber sur ses pattes de leader ? « Je me moque complètement du classement général, répondait le grimpeur. Je pense que je n’ai pas montré le genre de performance qu’il faut pour ça. »

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *