Au Royaume-Uni, l’infirmière tueuse de nouveau-nés condamnée à la prison à vie

0


Photo non datée de la police du Cheshire montrant le journal et une note manuscrite de l’infirmière Lucy Letby accusée du meurtre de sept bébés, à Manchester, au Royaume-Uni, obtenue par Reuters le 25 juillet 2023.

La condamnation à la prison à vie sans possible remise de peine de Lucy Letby, l’infirmière tueuse de bébés, lundi 21 août, suscite une intense émotion au Royaume-Uni, ainsi que de vives polémiques. Agée de 33 ans, cette jeune femme au carré blond et au visage lisse a été reconnue coupable du meurtre de sept nouveau-nés et de tentatives de meurtre sur six autres. Elle est seulement la quatrième femme condamnée à la plus lourde des peines possibles par la justice britannique.

Ses crimes sont terribles : native de Hereford, à la frontière avec le Pays de Galles, Lucy Letby, décrite comme une jeune femme discrète et sans histoire par son entourage, s’est acharnée sur des bébés souvent prématurés dont elle était chargée en soins néonataux. Entre juin 2015 et juin 2016, dans l’hôpital Countess of Chester (ouest de l’Angleterre) où elle venait de décrocher l’un de ses tout premiers postes, l’infirmière leur a injecté, quand elle se trouvait seule avec eux, de l’insuline, de l’air dans les veines ou leur a fait ingérer trop de lait. Les bébés qui n’en sont pas morts en ont gardé pour la plupart de très graves séquelles neurologiques.

Témoignant une dernière fois dans l’enceinte du tribunal royal de Manchester, avant le prononcé du jugement lundi, les parents des jeunes victimes ont rappelé le calvaire que leurs enfants, et eux-mêmes, ont enduré par la faute de l’infirmière. « Ma fille ne pourra jamais aller au lycée, avoir un petit ami ni se marier », a souligné la mère d’une petite fille, très grande prématurée, sur laquelle Lucy Letby s’est acharnée durant l’été 2015. L’infirmière s’y est reprise à trois fois pour tenter de tuer cette enfant qui ne pesait que 500 grammes à la naissance, lui infligeant des dommages cérébraux irréparables.

« Aucun remords »

La maman de jumeaux, garçon et fille, attaqués en juin 2015 (seule la petite fille a survécu), a expliqué souffrir de stress post-traumatique : « Après la mort de notre fils, nous étions terrorisés pour la santé de notre fille, il y avait toujours un membre de la famille à ses côtés, c’est probablement ce qui l’a sauvée. » Elle a souhaité que l’infirmière « vive une longue vie et passe chaque jour de cette vie à souffrir de ce qu’elle a commis ». Aucun nom des victimes n’a été révélé, la justice ayant imposé l’anonymat aux médias sur demande des familles.

Les chaînes britanniques ont retransmis en direct l’énoncé de la condamnation. Pesant ses mots, le juge James Goss, qui présidait la Cour royale de Manchester (où a eu lieu le procès, pendant près d’un an), a qualifié les crimes de Lucy Letby de « campagne de meurtres cruelle, calculée et cynique, dirigée contre les plus petits et les plus vulnérables des bébés […] Vous avez créé les situations pour que leurs malaises et les causes de leurs malaises ne soient pas évidents », a insisté le juge Goss, relevant « une profonde malveillance à la limite du sadisme ». L’infirmière n’ayant en outre « montré aucun remords, il n’y a pas de circonstances atténuantes » pour des crimes « dont la sévérité justifie un emprisonnement à vie », a conclu le magistrat.

Il vous reste 47.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *