Arnaud Assoumani 4e des Mondiaux de para-athlétisme à la longueur

0



Il est arrivé aux Championnats du monde confiant, requinqué après un Covid sévère il y a un peu plus d’un mois, mais Arnaud Assoumani (37 ans) savait que sa meilleure performance de la saison, 6,95 m, ne serait pas suffisante pour accrocher un podium à la longueur (catégorie T46-47, absence d’un membre supérieur).

Ce jeudi, après avoir mordu son premier essai et pris ses marques lors des deux suivants, le Français a réalisé un saut à 6,97 m. Une performance insuffisante puisque devant lui, le Serbe Nemanja Matisajevic a terminé 3e avec un saut en 7,05 m. « Sincèrement je sais que ça peut aller bien plus loin, a commenté Assoumani. Le podium était accessible. »

Le Français, en manque de rythme, a aussi expliqué son résultat par un vieux souvenir venu hanté son esprit : « Sur un événement Paris 2024, il y a trois ans, sur cette piste, j’ai laissé mon tendon. La plus grosse blessure de ma carrière. Depuis, ç’a été une reconstruction. » En s’emparant de la quatrième place du concours, remporté en 7,63 m par le Cubain Rubiel Sol Cervantes, Arnaud Assoumani assure l’essentiel. Il ouvre un quota pour la France aux Jeux Paralympiques de 2024.

L’Américain Roderick Townsend, qui avait été sacré à la hauteur mardi en signant un record du monde, en 2,16 m, a quant à lui décroché la médaille d’argent avec un saut à 7,31 m.

Nouvelle finale pour Casoli

Il n’y croyait pas franchement après sa série. Pourtant, Julien Casoli (41 ans) sera bien en finale du 1 500 m fauteuil (T54), vendredi à 9 h 12. Placé en tête de peloton tout au long de l’épreuve, le Français s’est fait devancer à quelques mètres de la ligne d’arrivée et a finalement terminé cinquième d’une course logiquement dominée par le Suisse Marcel Hug. Mais son chrono de 3’19″34, lui permet finalement de se qualifier pour la finale, la deuxième après le 5 000 m. L’autre Bleu, Thibault Daurat, 5e de la deuxième série en 3’21″92 est éliminé.

Outre Marcel Hug, une autre Suissesse poursuit son écrasante domination. Après le 5 000 et le 800 m, Catherine Debrunner a remporté ce jeudi le 1 500 m fauteuil (T54). Son troisième sacre des Mondiaux.

Guenichi, le nouveau poids lourd, François-Elie 5e

Il en a enlevé sa chasuble de joie. Le Tunisien Yassine Guenichi, vice-champion paralympique du lancer de poids (F36, coordination limitée) a explosé le record de la catégorie en devançant la performance de Vladimir Sviridov de près de 20 cm. Sur sa cinquième tentative, il a atteint 16, 86 m, alors que le Russe, champion paralympique en titre, possédait un record à 16,67 m, obtenu justement lors des Jeux de Tokyo.

Au Javelot (F64, limitation ou amputation de jambes) , l’Indien Sumit Antil, recordman du monde depuis les jeux de Tokyo (68,55 m) a amélioré sa performance de plus de deux mètres (70,83 m). Vice-champion du monde à Dubaï en 2019, il décroche l’or pour la première fois.

« Il y a beaucoup de concurrence, et je ne suis pas la Mandy qu’on a connue. Il faut que j’essaie de me relâcher »

Enfin, la Colombienne Karen Palomeque a, elle aussi, battu son propre record du monde en finale du 100 m T37 s’imposant en 12″ 82, contre 12″ 93 au mois de mai à Nottwil (Suisse). Dans cette finale, la Française Mandy François-Elie (33 ans), n’a pu faire mieux que cinquième en 13″ 68. « Je suis déçue mais je ne sais pas ce qui a manqué, a commenté la Martiniquaise. Je me sentais bien. Ça a été très vite, il y a un record du monde. C’était une belle course. Il y a beaucoup de concurrence, et je ne suis pas la Mandy qu’on a connue. Il faut que j’essaie de me relâcher. »

Ce jeudi après-midi, on suivra notamment plusieurs finales côté Bleus : celle de Soane Luka Meissonnier au poids (F20, déficience intellectuelle) à 18 h 34, puis l’ancienne nageuse Alexandra Nouchet (T63, prothèse d’une jambe) sur 100 m et Romane Boulard (22 ans) au saut en longueur T38.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *