annulation de tous les vols jeudi à Beauvais, Brest et Carcassonne

0

[ad_1]

La direction générale de l’aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes d’annuler, jeudi 29 juin, tous leurs vols au départ ou à l’arrivée des aéroports de Beauvais, Brest et Carcassonne en raison d’une grève de contrôleurs aériens.

Mercredi, la DGAC avait appelé pour jeudi à la suppression de la moitié des vols dans le seul aéroport de Beauvais (Oise), mais elle a étendu ces mesures « compte tenu du suivi du mouvement constaté dans les organismes de navigation aérienne de Beauvais, Brest et Carcassonne », a-t-elle précisé dans un communiqué. L’administration a justifié la mesure par « un préavis de grève nationale (…) déposé par une organisation syndicale représentative des contrôleurs aériens ».

Ledit syndicat, l’USAC-CGT, proteste contre le protocole social en cours de négociation avec la DGAC, qui, selon lui, « entérine une volonté de bouleverser l’organisation du travail des personnes de l’aviation civile, tout en actant des dégradations du service rendu ». Il s’agit d’un texte « en l’état, inacceptable », a affirmé l’USAC-CGT dans un communiqué.

Ce syndicat avait déjà été en pointe dans le mouvement de protestation contre la réforme des retraites, ce qui avait provoqué des annulations et retards de vols en cascade entre mars et mai.

« Remise en cause du droit de grève »

L’USAC-CGT a aussi dénoncé le vote le 15 juin au Sénat d’une proposition de loi visant à mieux organiser le trafic aérien en cas de grève. Il s’agit d’une « remise en cause du droit de grève » et prévenu que « la promulgation de cette loi constituerait un recul extraordinaire de ce droit constitutionnel », selon l’organisation.

Actuellement, les syndicats dans le contrôle aérien doivent déposer tout préavis de grève cinq jours avant un mouvement, mais les grévistes n’ont pas à déclarer leur participation individuelle, à la différence des autres salariés du secteur. Ils devront le faire dorénavant en vertu de cette proposition de loi. Cette réforme doit désormais être examinée par l’Assemblée nationale.

Le ministre délégué aux transports, Clément Beaune, s’était dit favorable à une telle évolution du droit après un arrêt de travail surprise le 11 février de contrôleurs aériens, en l’absence d’appel à la grève, qui avait conduit la DGAC à faire annuler en catastrophe un vol sur deux à Paris-Orly.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La grève surprise des contrôleurs aériens pourrait se reproduire

Les grèves des contrôleurs aériens français représentent un motif de colère récurrent pour les compagnies aériennes étrangères, souvent forcées de contourner le pays lorsque le fonctionnement des CRNA est affecté. Ryanair a lancé une pétition à ce sujet, qui avait recueilli jeudi 1,24 million de signatures.

Dixième aéroport français pour son trafic, Beauvais, à 80 kilomètres au nord de Paris, a, selon l’Union des aéroports français (UAF), accueilli en 2022 4,6 millions de voyageurs, dépassant de 15,8 % son niveau de 2019, grâce au dynamisme des low cost, parmi lesquels Ryanair, qui y base deux appareils. Brest-Bretagne est, quant à lui, le 18e aéroport national avec 801 000 passagers en 2022, en fort recul (– 35,1 %) par rapport à l’avant-crise sanitaire, tandis que Carcassonne a accueilli l’année dernière 280 000 voyageurs, ce qui le place en 26e position du classement de l’UAF.

Le Monde avec AFP

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *