70 ans après sa création, la patrouille de France fascine toujours

0

[ad_1]

La patrouille de France, qui fête cette année son 70e anniversaire, va réaliser ce vendredi un spectacle inédit à l’occasion du 14-Juillet. De nombreux visiteurs se sont pressés au meeting en mai dernier pour admirer les répétitions.

C’est l’une des vedettes du 14-Juillet. La patrouille de France, patrouille acrobatique officielle de l’Armée de l’Air française, fête cette année ses 70 ans. Comme tous les ans, elle a donné un meeting en mai dernier à Salon-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, où elle s’entraîne toute l’année. De nombreux curieux se sont pressés à cette occasion pour observer les préparatifs avant la fête nationale ce vendredi.

“Le fleuron de l’armée française”

Assister au spectacle offert par la patrouille de France est un immanquable, pour de nombreux visiteurs. “C’est une légende!”, s’exclame à notre micro un jeune garçon impatient. “C’est le fleuron de l’armée française”, ajoute un autre visiteur.

Une jeune femme, qui a déjà assisté, enfant, aux acrobaties aériennes, explique à BFMTV être revenue cette année avec son père.

“J’avais été émerveillée. J’avais vraiment envie de les revoir”, assure-t-elle, très émue.

Un 70 dessiné dans le ciel

Pour mettre au point leur démonstration, les militaires doivent suivre un entraînement long et exigeant tout au long de l’hiver. À la clé, un spectacle inédit chaque année, réalisé une dizaine de fois tout au long de l’été et notamment pour le 14-Juillet.

“On a à peu près un millier d’heures de vol d’entraînement à huit avions pour mettre au point techniquement l’équipe pour qu’on travaille au diapason et ensuite on travaille les figures l’une après l’autre”, explique à BFMTV le capitaine Grégory Léopold-Metzger et membre de la patrouille de France.

“Pour ce 70e anniversaire, on a imaginé ce qu’on pouvait faire de vraiment spécial. (…) Ça a été assez compliqué, mais on a réussi à pouvoir dessiner un 70 dans le ciel”, annonce-t-il avec un sourire.

Un 70 dessiné dans le ciel par la patrouille de France pour son 70e anniversaire, à Salon-de-Provence, en mai 2023
Un 70 dessiné dans le ciel par la patrouille de France pour son 70e anniversaire, à Salon-de-Provence, en mai 2023 © BFMTV

“Une vraie fierté”

Parmi les curieux admirant ces préparatifs, on compte de nombreux photographes amateurs, prêts à traverser la France pour immortaliser les pirouettes des pilotes.

Venu de la Somme, Arthur n’a pas hésité à rouler 1000 km jusqu’à Salon-de-Provence afin d’admirer une nouvelle fois la patrouille de France. “Sur une démo d’environ 20 minutes, je peux faire 500-600 photos”, assure cet habitué.

“La patrouille de France, pour moi, c’est une vraie fierté, c’est le drapeau français”, explique-t-il.

Pourquoi Macron ne prend-il pas la parole lors du 14-Juillet ?
Pourquoi Macron ne prend-il pas la parole lors du 14-Juillet ?

Une passion qu’il a même tenu à se faire graver dans la peau. Son bras gauche est ainsi orné d’un tatouage des avions de la patrouille de France, accompagné d’un drapeau français. À ses côtés, 400 autres photographes, majoritairement amateurs, se sont également pressés pour photographier à l’événement.

“Voir les étoiles dans les yeux des gens”

Le spectacle enthousiasme aussi de nombreux très jeunes spectateurs. Comme le petit Gabriel, devenu un fan de la patrouille de France. “On l’a amené à un meeting quand il avait 4 ans. Depuis, il nous en parle, il rêve de devenir pilote”, indique son père.

“C’est quand même incroyable de faire des figures dans le ciel et de voir les nuages”, s’exclame un autre jeune garçon, le sourire jusqu’aux oreilles.

“Sur les premiers meetings (de l’année), on se rend compte de l’engouement que suscite la patrouille de France et ça nous fait vraiment plaisir”, s’enthousiasme le capitaine Nicolas Godet, membre de la patrouille de France.

“On a eu cet engouement quand on était à la place du public en étant un jeune enfant et aujourd’hui on est content de voir les étoiles dans les yeux des gens”, sourit-il. De quoi peut-être susciter des vocations.

Sonia Carneiro, Julie Roeser et Médéric Soltani

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *